Minceur

Quelle plante permet d’éliminer les métaux lourds ?

Détoxification des métaux lourds

A voir aussi : Quand manger des barres de céréales ?

Il y a de l’intox en désintoxication !

En dehors d’un jeu de mots, vous pouvez tout dire sur le web. Il y a beaucoup trop de marketing autour de la désintoxication, l’un des termes les plus recherchés dans le domaine des thérapies complémentaires. Certains vous feront croire que des mélanges complexes de plantes exotiques nettoient le corps de toutes les impuretés.

A voir aussi : Quelle quantité prévoir pour un apéritif ?

Je vais essayer de clarifier cette confusion. J’ai également choisi de ne pas parler de certaines substances dans cet article – le DMSA en particulier, en choisissant des formes qui semblent plus proches du naturel en premier lieu, moins brutales , c’est-à-dire favorisant une élimination en douceur et à long terme.

Mais tout d’abord, je voudrais suggérer deux points très importants dans le développement de votre stratégie.

1. Préférez le long terme

Tout processus de désintoxication a un fardeau pour nos organes. Si certaines substances se combinent avec des métaux lourds pour les éliminer, ces substances seront transportées par nos organes d’élimination.

Le bon programme de désintoxication respecte, pour moi, un équilibre entre les deux paramètres suivants :

  1. La vitesse à laquelle vous allez vous débarrasser de ces substances ;
  2. La bonne santé et la préservation de vos organes d’élimination – foie, reins et système digestif.

Il est préférable pour moi de m’appuyer sur une progression lente, sur plusieurs mois, et d’induire une élimination douce, plutôt que de créer un stress oxydatif excessif.

Bien entendu, certaines personnes préféreront agir plus rapidement en fonction de leur état. Il est peu probable que cet article réponde à leurs attentes.

2. Protégez votre organes d’élimination

Pendant la durée du programme, utilisez les plantes protectrices des organes d’élimination. Je pense notamment au chardon-Marie (Silybum marianum), qui protège non seulement le foie, mais aussi les reins. Desmodium (Desmodium adscendens) fera également l’affaire.

Afin de contrer le stress oxydatif créé par cette élimination, je recommande également d’augmenter la consommation d’antioxydants, grâce à une alimentation particulièrement riche en fruits et légumes de saison, en épices (curcuma et gingembre ), mais aussi à l’aide de compléments alimentaires à base d’acérola, de resvératrol, de vitamine C et E (j’en parle brièvement un peu plus loin).

Notez que ces antioxydants ne provoquent pas spécifiquement d’effet « chélateur ». Cet effet sera fourni par les plantes et les suppléments listés ci-dessous. Ces substances, en revanche, protègent pendant le nettoyage.

3. Doses et autres conseils spécifiques

Lorsque je mentionne des informations sur les doses ou le moment des doses, je fais référence au programme défini par le Dr Dietrich Klinghardt, fondateur de la Klinghardt Academy (États-Unis), de l’American Academy of Neural Therapy, directeur médical de l’Institut de neurobiologie et chef clinique à la Sophia Health Institute (États-Unis).

Ses travaux ont mené à des avancées majeures dans les domaines de l’empoisonnement aux métaux lourds et de la maladie de Lyme, entre autres.

Plantes Ail (Allium sativum)

Rien d’exotique ou de mystérieux. Mais des résultats d’études prometteurs.

L’ail contient des composants sulfurés qui agissent comme agents chélatants pour les métaux lourds. Ces mêmes composants protègent également nos cellules contre le stress oxydatif causé par ces métaux.

En passant, je rappelle que d’autres aliments sont riches en composants soufrés : le jaune d’œuf, les légumes de la famille des crucifères et des alliacées (en plus de l’ail : oignon, poireau, etc.). Je recommande une consommation libérale de ces aliments pendant le processus de désintoxication.

Voici ce que les études nous disent sur l’ail :

  • Un régime contenant 7 % d’ail frais a été administré à des rats. Ces rats boivent de l’eau contenant du mercure (10 ppm), du cadmium (200 ppm) et du plomb (100 ppm). L’expérience a duré 6 semaines.
    • L’ail a considérablement réduit l’accumulation de ces métaux lourds dans le foie des animaux (3) ;
    • En outre, l’ail a diminué le nombre et l’étendue des dommages causés par ces métaux.
  • L’ail a réduit la quantité de plomb dans le sang aussi efficacement que D-pénicillamine chez 117 employés dans une usine de fabrication de batteries automobiles (4), sans effets secondaires. Voir mon résumé complet de cette étude ;
  • L’ail a réduit la quantité de plomb dans le sang des rats empoisonnés et a protégé l’intégrité de leur rétine (5) ;
  • L’ail permet aux érythrocytes (globules rouges) de retrouver leur espérance de vie complète chez les rats empoisonnés au plomb (6) ;

Dans la deuxième étude (employés de l’usine), la dose quotidienne utilisée était de 1,2 mg d’allicine 3 fois par jour (moins d’ une gousse).

Hachez finement votre ail à l’aide d’une râpe à microplan, puis laissez-le reposer en l’air pendant 10 minutes avant de le consommer frais – ce processus optimise la libération d’allicine. L’ail haché peut ensuite être incorporé au repas.

L’alternative est de prendre des capsules d’ail. Le docteur Klinghardt recommande 1 à 3 après chaque repas, en commençant par 1 gélule par jour et en augmentant progressivement jusqu’à 3.

Ours et ail (Allium ursinum)

Image tirée de Wikimedia, par H. Zell L’ail d’ours contient également des composants sulfurés similaires à l’ail. Bien qu’aucune étude n’existe à ce sujet dans le contexte des métaux lourds, il est logique de s’attendre à un effet similaire à celui de l’ail culinaire.

Certains préféreront l’ail d’ours parce qu’on le trouve localement dans leur maison ou parce que son goût est un peu moins cru que celui de l’ail culinaire. Personnellement, je préfère recommander l’ail culinaire, qui a été beaucoup mieux étudié.

Le docteur Klinghardt recommande 5 à 10 gouttes de teinture mère sur les aliments au moins 3 fois par jour.

Coriandre (Coriandrum sativum)

Il est très facile de faire germer un pot de coriandre chaque printemps sur votre fenêtre ou votre balcon. Il a tendance à monter rapidement en graine. Alors vous devez le réensemencer une ou deux fois pour avoir un approvisionnement jusqu’à l’automne.

Des études nous disent ceci :

  • Les souris ont absorbé de l’eau contenant du plomb (1000 ppm) pendant 32 jours. Nous avons donné à ces souris à la coriandre à partir du jour 7 et pendant 25 jours. La coriandre a considérablement réduit les dépôts de plomb dans le fémur et les reins des animaux (7) ;
  • La coriandre protège les rats mâles empoisonnés au plomb contre le stress oxydatif et protège ces animaux contre les dommages aux testicules causés par le plomb (8) ;

Le Dr Klinghardt estime que la coriandre a la capacité de mobiliser les métaux lourds (mercure, cadmium, plomb et aluminium) et de les libérer dans la circulation sanguine, sans déclencher leur élimination par les organes d’élimination. Il parle de processus de désintoxication et conseille donc de combiner la coriandre avec de la chlorelle (voir ci-dessous), ou avec d’autres végétaux/suppléments qui facilitent l’élimination (pectine, zéolite, charbon actif).

Deux formes de coriandre peuvent être utilisées :

  • Coriandre fraîche , bien tolérée avec une action douce mais beaucoup plus lente, bien adaptée à la prévention ;
  • Teinture mère de coriandre (voir Biosingles par exemple), pour une approche légèrement plus rapide.

Klinghardt recommande le programme suivant :

  • Commencez par 2 gouttes de teinture 2 fois par jour, prises au lit ou 30 minutes après avoir pris de la chlorelle ;
  • Augmentez progressivement jusqu’à 10 gouttes 3 fois par jour ;
  • Au cours de la phase initiale, il est recommandé d’alterner 5 jours de teinture de coriandre avec une pause de 2 jours.

La Chlorelle

Cette algue unicellulaire possède des propriétés intéressantes :

  • Les rats femelles ont absorbé 4 mg de mercure par kg de poids et ont reçu des aliments contenant de la chlorelle pendant 3 semaines (0 % – groupe placebo, 5 % et 10 % de leurs aliments – groupes témoins) (9).
    • La chlorelle a réduit de manière significative les taux de mercure dans le sang dès le septième jour ;
    • Au cours des 21 jours, le taux de mercure a augmenté de manière significative dans l’urine et les matières fécales ;
    • Les niveaux de mercure ont diminué de manière significative dans les reins et le cerveau des animaux.
  • Les rats mâles ont absorbé plusieurs quantités de cadmium et de chlorelle.
    • Dans le groupe absorbant uniquement le cadmium, le cadmium s’est accumulé dans le sang et les organes (foie, reins et intestin)
    •  ; Dans le groupe absorbant le cadmium et la chlorelle, l’accumulation était plus faible et l’excrétion urinaire et fécale de cadmium remarquablement plus élevée.
  • Souris a absorbé 50 mg/kg d’acétate de plomb (1300 ppm) ainsi que de la chlorelle (50 mg/kg).
    • Les cellules souches hématopoïétiques (origine des globules blancs et rouges) sont revenues à des niveaux normaux grâce à la chlorelle ;
    • La chlorelle rétablit partiellement les niveaux de zinc osseux, qui diminuent en raison de l’ingestion de plomb.

En revanche, la chlorelle pose le problème suivant : selon l’endroit où elle est cultivée, elle peut être contaminée par des métaux lourds, car elle possède précisément cette capacité à fixer les polluants. Ce qui irait évidemment à l’encontre de nos efforts. Vous devez donc porter une grande attention à la qualité du produit acheté.

Le site Web NaturalNews a récemment financé des analyses de divers produits en provenance d’Asie afin de vérifier leur pureté. Voici les résultats de leur étude :

  • 17 produits ont été analysés, provenant de 10 sources uniques :
    • 3 sources de Chine
    • 3 sources de Taïwan
    • 3 sources du Japon
    • 1 source de Corée
  • Le terme « biologique certifié » ne signifie pas que la chlorelle ne contient pas de métaux (hélas) ;
  • Les allégations commerciales ne correspondent pas au contenu réel du produit (par exemple, « certifié exempt de polluants ») ;
  • Certaines entreprises vendant de la chlorelle en comprimés coupent de la chlorelle avec du calcium (observable à la loupe – petits granules légers en vert foncé) ;
  • La chlorelle en gélules coûte 380 % de plus que la chlorelle en comprimés ;
  • Tous les produits analysés ne contiennent pratiquement pas de mercure – il peut y avoir des traces en ppm (parties par million), mais cela reste inexistant